Équipe 1

L’heure du déclic

Le SAH, qui n’a toujours pas gagné à domicile cette saison, espère que la venue de L’Isle-Jourdain sera l’occasion de débloquer son compteur.

Après deux matchs perdus à domicile (ici contre Anglet), Hagetmau doit s'imposer pour rejoindre le peloton des qualifiables. (Photo Jean-Louis Tastet)

Après deux matchs perdus à domicile (ici contre Anglet), Hagetmau doit s’imposer pour rejoindre le peloton des qualifiables. (Photo Jean-Louis Tastet)

Quoi qu’il arrive dimanche à Georges-Dumartin, ce sera une première pour l’une ou l’autre équipe. Hagetmau et L’Isle-Jourdain présentent en effet la particularité de n’avoir pas encore gagné sur son terrain pour le premier, et de ne pas s’être imposé à l’extérieur pour le second. Des deux côtés, la statistique peut étonner, tant les Lislois semblent maîtres de leurs sujets à domicile (deux bonus offensifs et 92 points inscrits lors de leurs dernières réceptions) et tant les Hagetmautiens voyagent bien avec deux succès, un nul et un point de bonus défensif amassés en quatre déplacements.

Les deux coachs plaident la jeunesse et certaines lacunes dans la gestion des matchs pour expliquer ce paradoxe : « Les joueurs perdent parfois le fil lorsqu’ils subissent. On a revu tout cela pendant la trêve : la distribution, la conservation, la gestion, avec aussi pas mal de vitesse et de jeu debout. Il faut qu’on garde le même style de jeu à la maison ou à l’extérieur. Seulement avec ces deux défaites, nous nous sommes rendus la tâche plus difficile. »

Pour cause, chaque visiteur croit désormais flairer le bon coup quand il se rend en Chalosse. Et Laurent Jalabert le premier, qui ne s’en cache pas : « On a deux déplacements d’affilée, à Hagetmau puis Trélissac, indique le coach lislois qui officie avec Yannick Idrac. L’objectif c’est d’en prendre un, voire les deux. Moi j’y crois. On a montré qu’on pouvait battre n’importe qui. On a aussi l’exemple de Lombez-Samatan qui est allé créer l’exploit à Orthez avec un groupe diminué. »

Marchini est parti

Les Lislois en sont bien conscients, les cartons à domicile ne suffiront pas pour jouer les premiers rôles dans cette poule. Ils en appellent à un « déclic » à l’extérieur. « On a été trop timorés jusqu’à présent, même si on n’a jamais été ridicules. Mais depuis, les joueurs ont pris conscience de leurs qualités et ils ont besoin de se lâcher. Allons-y sans retenue et nous verrons bien ! »

Or Hagetmau devra en outre composer avec le départ de son ouvreur Morgan Marchini, engagé comme joker médical au SC Albi où il a brillé dès sa première apparition le week-end dernier. Un atout majuscule dont Olivier Toulouze et Jérôme Labat vont désormais devoir se passer. « Morgan n’a jamais caché son ambition et on l’a toujours soutenu, estime ce dernier. On ne peut qu’être heureux pour lui même si pour nous, son départ à ce stade de la saison est dommageable. » D’autant que Maxime Homère, demi polyvalent qui a assuré la conduite du jeu lors de la dernière journée, s’est blessé à une cuisse et demeure incertain pour ce week-end. Adrien Petit, qui a déjà officié en 10 à Nérac et Benjamin Chandezon, constituent les autres options des coachs hagetmautiens. « A eux maintenant de prendre les clés du camion ! », exhorte Jérôme Labat. Si possible dès ce week-end.