Équipe 1

Jérôme Labat : « Prendre le bon wagon »

_JLT3436

Après Benjamin Bagate, c’est au tour de l’entraîneur des avants Jérôme Labat de nous livrer son sentiment sur la saison à venir : recrutement, préparation, composition de la poule, doutes et espoirs, il nous dit tout.

Es-tu satisfait du recrutement ?

L’objectif a été atteint. On voulait renforcer le 5 de devant car on manquait de densité physique et de quantité à ces postes-là. On a réalisé le recrutement qu’on espérait faire avec nos moyens. Je pense qu’on a été assez intelligent là-dessus. En plus les recrues se sont vite intégrées. Pour l’instant la mayonnaise prend bien.

Quel est l’apport de Craig Smith ?

Il amène de l’expérience. C’est quelqu’un de respecté. Après, comme je lui ai dit, il va être attendu au tournant. Donc à lui d’être irréprochable. Il sort du système pro et il est toujours dans cette exigence d’être bien physiquement. Il se prépare chez lui, il fait de la muscu. Il sait que les bonnes performances passent par là. Au-delà de ça, c’est un bon mec qui s’est rapidement investi au club, qui partage toute la vie du club avec les bénévoles. Il faut que les joueurs se nourrissent de son expérience et que lui profite de la fraîcheur que l’on a ici au club, de notre côté amateur. Ca va lui faire du bien, c’est aussi ce qu’il recherche.

Il intervient également à l’entraînement. Comment fonctionnes-tu avec lui ?

Il prend part à tout ce qui concerne la mêlée. Chaque semaine on se voit en aparté au club, on discute ensemble du contenu des séances et des objectifs sur cette partie spécifique. Après il se cantonne à ce secteur car en tant que joueur, c’est compliqué pour lui d’intervenir sur tout.

Comment s’est passée la préparation ?

On a repris le 19 juillet par de la préparation physique pure puis on a intégré petit à petit du ballon. On a mis  en place progressivement des entraînements plus variés et commencé à séparer les avants et les trois-quarts, tout en conservant un travail physique mais avec du ballon et des ateliers. A partir de la mi-août on est rentré dans le vif du sujet en se focalisant sur le rugby et sur le jeu que l’on souhaite mettre en place. Notre préparateur physique Yann Pradel interviendra tout au long de la saison. Il a un calendrier compliqué puisqu’il intervient aussi à Dax mais c’est lui qui établira le programme et préparera toutes les séances.

La poule de cette année te semble-t-elle plus abordable que les années passées ?

Il y a moins de gros cadors que l’année dernière, où l’on avait quand même Périgueux, Tyrosse, Saint-Nazaire, Vannes, qui étaient plutôt solides, sans oublier Saint-Jean-de-Luz qui a fait une belle saison. Cette année, il y aura peut-être moins de gros mais plus d’équipes qui seront d’un niveau proche et qui vont se tirer la bourre. Je pense à Bagnères, Lourdes, Lannemezan et nous-mêmes. Ce sont des équipes qui ont à peu près le même niveau de jeu donc ce sera plus accroché, plus âpre. Après ça fait du bien de changer, de ne pas jouer toujours les mêmes clubs. Ca fait deux ans qu’on part sur la côte atlantique. C’est intéressant de revenir dans le Sud-Ouest. Cela va amener du monde au stade mais il est certain que ce sera plus accroché.

Quel sera l’objectif du club ?

L’objectif, tout le monde le connaît, c’est le maintien. Après on est compétiteurs, on a envie de faire du mieux possible donc on ne va rien s’interdire. On verra au fur et à mesure s’il faut revoir nos objectifs à la hausse, ou à la baisse. On part pour faire une grosse saison, match après match. Après s’il faut parler d’autre chose que du maintien on le fera en temps voulu.

Le beau parcours de Saint-Jean-de-Luz l’an passé, qui termine qualifiable contre toute attente, ne donne-t-il pas des idées ?

Bien sûr. En plus on a un calendrier favorable au début où on reçoit trois fois sur quatre. Donc si on engrange les points et qu’on est dans le bon wagon on aura peut-être les yeux qui pétilleront en se disant : pourquoi ne pas aller chercher quelque chose ?